La vérité pour Margaux, née d’un accouchement traumatique et handicapée à plus de 80%.

Victime de graves séquelles neurologiques, la jeune femme est condamnée à passer sa vie dans un institut spécialisé. La justice administrative a ordonné le 6 décembre 2019 une nouvelle expertise pour mieux comprendre les conditions de sa naissance.

La disproportion foeto-pelvienne : la naissance traumatique de Yanis, décédé le lendemain.

Une obstétricienne a été reconnue coupable d’homicide involontaire et d’avoir failli à ses obligations de par son attitude attentiste. Les tribunaux ont conclu que le décès de l’enfant était exclusivement imputable aux conditions du déroulement de l’accouchement.

Accouchement dystocique : une sage-femme condamnée pour ne pas avoir passé le relais à l’obstétricien

Devant les ralentissements répétés du rythme cardiaque fœtal, elle aurait dû être alertée sur l’existence d’une souffrance fœtale et faire appel à l’obstétricien de garde. En particulier, les ralentissements survenus juste avant les efforts expulsifs auraient dû l’inciter à passer la main, ceci d’autant plus que la présentation fœtale était en occipito-sacré, faisant redouter une prolongation de la durée d’expulsion.

Accouchement traumatique : 14,5 millions d’euros d’indemnisation pour les parents d’une enfant handicapée à plus de 80%.

La Clinique de la Châtaigneraie et deux de ses praticiens ont été condamnés à payer la somme exceptionnelle de 14,5 millions d’euros à des parents pour assurer la prise en charge de leur fille lourdement handicapée, victime d’un accouchement traumatique.

Leur bébé privé d’oxygène durant l’accouchement : plus de 500000 € d’indemnisation pour la famille.

Le Centre Hospitalier de Falaise a été condamné pour faute par le Tribunal Administratif de Caen. Les parents reprochaient à l’établissement d’avoir mal pris en charge le déroulé de l’accouchement et d’avoir infligé de multiples lésions cérébrales à leur bébé.