Drame à la maternité de Chauny : décès du bébé pendant un accouchement par le siège.

En cause un traumatisme du rachis lors d’une manœuvre obstétricale. Les parents ont porté l’affaire en Justice mais ils se heurtent à une difficulté de taille : l’autopsie de leur bébé a été négligée.

Les faits

La maman de Lola, âgée de 30 ans, a été admise à 18h43 à la maternité du Centre Hospitalier de CHAUNY (Aisne) au terme de 38 SA en raison d’une rupture de la poche des eaux.

Le bébé se présentait en siège complet. La dilatation du col fut très rapide. Le rythme cardiaque fœtal (RCF) était normal jusqu’à 19h08.

Une bradycardie s’est installée et il a été décidé par l’équipe obstétrique d’accélérer la naissance en effectuant des manœuvres spécifiques.

Ainsi une manoeuvre de Lovset consistant à résoudre le problème du relèvement des bras de Lola a été pratiquée.

Manoeuvre de LOVSET
Source : Docteur M.Valentin, gynécologue-obstétricienne

Puis les manœuvres de Mauriceau et de Bracht sont réalisées, permettant de dégager la tête de l’enfant.

Manoeuvre de MAURICEAU
Source Docteur M.Valentin, gynécologue-obstétricienne
Manoeuvre de BRACHT
Source Docteur M.Valentin, gynécologue-obstétricienne

Ces manœuvres doivent être réalisées avec beaucoup de douceur afin d’éviter toute traction ou rotation trop importante de la région cervicale pouvant entraîner des élongations importantes ou des ruptures au niveau du bulbe rachidien et/ou de la moelle épinière.

L’accouchement par voie basse a lieu a 19h13 et la petite fille est née en état de mort apparente.

L’affaire portée en Justice par les parents

Les parents évoquent l’hypothèse d’une réalisation traumatique de ces manœuvres ayant conduit au décès brutal du bébé.

L’expert désigné par le Tribunal Administratif d’Amiens souligne qu’il lui est impossible de se prononcer sur un éventuel traumatisme rachidien et avance une possible pathologie de la moelle pour donner une explication au décès brutal de Lola. Le second expert désigné à appuyé ses dires.

L’hypothèse des lésions médullaires (relatifs à la moelle épinière) et bulbaires n’a pu être corroborée en l’absence d’autopsie profonde et sérieuse.

Une autopsie bâclée

Avec l’accord des parents, une autopsie du bébé a été réalisée au CHU d’Amiens quatre jours après sa naissance.

Toutefois cette autopsie a été effectuée par un interne en formation insuffisamment supervisé et n’a pas été pratiquée dans les règles de l’art. Les résultats de celle-ci sont erronés, incomplets et n’ont pas permis selon les experts de déterminer la cause de la mort de Lola. Et notamment de se prononcer sur l’existence d’un traumatisme rachidien ou d’une pathologie de la moelle épinière pouvant expliquer son décès.

Le jugement

La Cour d’Appel de DOUAI a condamné le CHU d’Amiens pour négligences survenues lors de l’examen de l’autopsie de Lola ayant porté un « préjudice moral d’une particulière intensité » pour ses parents.

Dans les circonstances en l’espèce, le CHU d’Amiens est condamné à leur verser 20000 euros.

La requête des parents contre la maternité du Centre Hospitalier de Chauny en responsabilité sur le décès de leur bébé est rejetée, faute d’éléments à charge.

Publié par

ATIDE

L’ATIDE est la seule association qui recense, informe et soutien les familles dont les enfants sont décédés ou handicapés des suites d’accouchements traumatiques, de l’usage des médicaments ocytociques (Oxytocine, Syntocinon…) et des dispositifs d’extractions instrumentales (spatule, forceps, ventouse).