L’hématome sous dural (HSD)

C’est l’hémorragie cérébrale la plus observée parmi les nouveau-nés, puisque près d’un sur deux en sont atteint. Les hématomes sous-duraux survenant lors de l’accouchement traumatique ne sont pas liés à des impacts, mais correspondent à des phénomènes de compression dites «statiques».

A la différence de l‘hématome sous galéal, l’hématome sous dural est situé sous l’os du crâne. Il est logé entre deux méninges : la dure-mère et l’arachnoïde.

Source : inconnue

L’hématome sous dural résulte de la rupture d’un vaisseau sanguin qui provoque une hémorragie. Le sang bloqué entre les 2 méninges forme un hématome qui comprime les tissus cérébraux alentours et peut déclencher des symptômes qui varient en fonction de la région du cerveau concerné.

La HAS affirme qu’après un accouchement, un hématome sous dural aigu peut tout à fait être asymptomatique et se rencontrer précocement (< 72 h) chez le nouveau-né.

D’après l’étude du Docteur ROOKS publiée dans l’American Journal of Neuroradiology portant sur la prévalence et l’évolution des hématomes sous duraux (HSD) chez les nouveau-nés à terme, les hématomes sous duraux sont très fréquents chez ces derniers suite à l’accouchement.

Dans cette étude il a été pratiqué une IRM cérébrale chez 101 nouveau-nés à terme âgés de moins de 72h. Il a été détecté chez 46 d’entres eux au moins un foyer hémorragique sous dural. Soit près d’un nouveau-né sur deux.

Ces hémorragies observées chez 45 de ces 46 bébés se sont résorbées spontanément entre 1 et 3 mois. Pour un bébé il y a eu récidive.

ATIDE : Extrait du résumé de l’étude du Dr ROOKS

Ces enfants ont été suivis jusqu’à leurs 24 mois. Aucun handicap moteur n’a été observé. En revanche il a été observé chez 6 d’entres eux un retard de langage, et un enfant a développé des Troubles du Spectre Autistique (TSA).

Le taux d’hémorragies sous durales est supérieur chez les enfants nés avec ventouse ou forceps par rapport aux enfants nés par voie basse sans instrumentation ou nés par césarienne réalisée avant le déclenchement du travail.

Nous avons trouvé beaucoup d’informations sur le sujet des hématomes sous duraux du nouveau-né suite à l’accouchement dans l‘Argumentaire de la Haute Autorité de Santé relatif au Syndrome du Bébé Secoué. La cause de l’accouchement fait partie des diagnostics différentiels de la maltraitance par secouement du bébé. Leur argumentaire est appuyé sur l’étude du Dr ROOKS.

HAS : Extrait Syndrome du Bébé Secoué 2011

Cependant nous n’avons trouvé aucunes informations sur le sujet des hématomes sous duraux dans les Recommandations de Pratique Clinique du CNGOF, ni dans leurs communications. Si un de nos lecteurs en connait merci de bien vouloir nous envoyer les liens.

Par ailleurs nous sommes étonnées de ne pas avoir vu le nom du CNGOF, ni celui d’une autre société savante obstétrique, ni celui d’un médecin obstétricien figurer parmi les noms des participants du groupe de travail de la HAS sur le diagnostic du Syndrome du Bébé Secoué.

Enfin suite à la publication de l’étude du Dr ROOKS en 2008, nous sommes sidérées que la HAS et le CNGOF n’aient pas estimé nécessaire de mener une étude scientifique de grande ampleur sur la prévalence des hématomes sous duraux chez le nouveau né asymptomatique en France, et le devenir de ces enfants sur le long terme.

SOURCES :

2019 Le Grand Larousse du Cerveau page 229