L’analyse des gaz du sang du nouveau-né et l’acidose métabolique.

Nous avons vu dans notre précédent article que depuis 2007 en France, le sang de chaque nouveau-né est systématiquement analysé par les obstétriciens dans le but déceler une anomalie parmi lesquelles la redoutable acidose métabolique, preuve médico-légale d’une asphyxie du bébé durant l’accouchement. Les parents ne sont jamais informé de la pratique de cet examen, ni de son résultat d’interprétation.

Afin de bien comprendre l’importance de l’analyse des gaz du sang du nouveau-né, tant pour évaluer la santé de ce dernier que pour des raisons médico-légales, il est nécessaire de rappeler comment le bébé est oxygéné lorsqu’il est dans le ventre de sa maman et le phénomène de l’asphyxie .


Comment le bébé est-il oxygéné ?

Pour pouvoir vivre l’être humain absorbe de l’oxygène (O2) et rejette du dioxyde de carbone (CO2).

Durant la grossesse et lors de l’accouchement le bébé n’utilise pas ses poumons, c’est le placenta qui va jouer son rôle. Le placenta contient à la fois le sang maternel et le sang du bébé, il permet ainsi son apport en oxygène (O2) et l’évacuation de son dioxyde de carbone (CO2). C’est ensuite le cordon ombilical qui transporte l’oxygène vers le bébé par les deux artères ombilicales, le dioxyde de carbone, lui est évacué, dans l’autre sens par la veine ombilicale. (2)

Enfin la propre circulation sanguine du bébé se charge de diffuser l’oxygène à l’ensemble de ses organes et tissus, ainsi que de d’évacuer le dioxyde de carbone. Des complications survenant durant l’accouchement peuvent perturber gravement la circulation sanguine du bébé, notamment la circulation cérébrale.


L’asphyxie du bébé durant l’accouchement

L’asphyxie est définie comme étant un arrêt plus ou moins prolongé de la circulation de l’oxygène dans l’organisme. 1

Le manque d’oxygène du bébé durant l’accouchement provoque des réactions biochimiques qui font varier l’équilibre acido-basique de son sang.

Le maintien strict de l’équilibre acido-basique est essentiel à la vie et des variations, même minimes, peuvent avoir de graves conséquences et occasionner des dégâts cellulaires irréversibles, notamment sur le cerveau.3,4

Ces variations sont visibles sur l’analyse des gaz du sang au cordon.


Comprendre l’analyse des gaz du sang au cordon

Pour déterminer l’état de l’équilibre acido-basique du nouveau-né, l’analyse des gaz de son sang consiste à en mesurer l’acidité, les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone.

L’analyse permet ainsi d’obtenir plusieurs valeurs parmi lesquelles : le PH, La PCO2, la PO2, l’Exces de Base, les bicarbonates HCO3 et les lactates.


1. Le pH

Le pH est le potentiel hydrogène. Il permet de mesurer l’acidité du sang. Plus le sang est acide, plus la valeur du PH est faible et inversement.

Comme le rappelle le CNGOF en 2014, le pH n’a jamais été un critère à utiliser de manière isolée pour évaluer la santé du nouveau-né.

Extrait ‘Le PH au cordon reste-t-il le gold standard pour l’évaluation du nouveau-né ? CNGOF 2014

Nous attirons l’attention sur le fait que la totalité des publications obstétriques affirment que l’asphyxie du bébé pendant l’accouchement doit être obligatoirement caractérisée par un pH inférieur à 7 dans ses gaz du sang. Hors nous observons que de nombreuses publications de médecine de la biochimie des gaz du sang décrivent l’existence du phénomène de compensation du pH par les systèmes tampons. (4,5,6,7)

Ainsi « une anomalie du pH n’est pas nécessaire pour diagnostiquer un trouble acido-basique. Une bicarbonatémie basse (HCO3) avec un pH d’apparence normal peut correspondre à une acidose métabolique totalement compensée.« 

Extrait de « Désordres de l’équilibre acide-base ». CUEN

De plus en fin d’ischémie (souffrance d’un organe ou d’un tissu suite à la baisse de la circulation sanguine) il est observé une valeur peu variée du pH grâce aux systèmes tampons. (8)

Syndrome d’ischémie reperfusion. INSERM.

Enfin le professeur C.RACINET indique que l’acidémie sévère (pH inférieur à 7) est un critère sensible mais non spécifique de l’asphyxie périnatale puisque la composante respiratoire est transitoire, contrairement à la composante métabolique qui elle est prolongée et associée à une morbidité neurologique.(9)

Extrait « Le PH eucapnique néonatal est-il plus efficace que le PH pour prédire un transfert néonatal ? » Professeur C.RACINET

2. La PCO2

La PCO2 est la pression partielle de dioxyde de carbone. Elle correspond à la quantité résiduelle de dioxyde de carbone dans le sang après élimination de son excès.


3. La PO2

La PO2 est la pression partielle d’oxygène. Elle reflète la quantité d’oxygène transportée par le sang et délivrée aux organes.


4. Les bicarbonates HCO3

Les bicarbonates (HCO3) tamponnent le pH et participent ainsi à maintenir l’équilibre acido-basique. La mesure des bicarbonates et de la PCO2 permet ensuite de déterminer si le trouble est d’origine métabolique (anomalie des bicarbonates) ou respiratoire (anomalie de la PCO2).


5. L’Excès de Base EB

L’excès de base (EB) est aussi nommé déficit de base (DB).  Calculé à partir du PH et de la PaCO2 il permet d’évaluer la composante métabolique du trouble acido-basique en s’affranchissant de la PCO2.


6. La SaO2

La saturation en oxygène (SaO2). Elle permet d’évaluer la quantité d’oxygène fixée sur l’hémoglobine.


7. Les lactates

Le lactate s’accumule lors de tout épisode d’anoxie et de toute situation perturbant la respiration cellulaire. Les causes les plus fréquentes sont la défaillance circulatoire, le manque d’oxygène et l’ischémie d’un organe. Le traitement d’une acidose lactique repose sur le traitement de sa cause. (10,11)


Moyennes de référence des gaz du sang au cordon du nouveau-né considérés normaux (5-8)

PH : 7.26

PaCO2 : 53 mmHg

PaO2 : 17 mmHg

HCO3 : 24.5 mEq/L

Lactates : 3.52 mmol/L

Excès de base : -4


Les acidoses

L’asphyxie du bébé pendant l’accouchement entraîne le phénomène biochimique de l’acidose de son sang. Il en existe 2 types, pouvant se combiner : l’acidose métabolique et l‘acidose respiratoire.

Tableau récapitulatif des types d’acidoses

Ces acidoses auront pour effet d’entraîner la diminution du pH. Attention cependant aux acidoses compensées qui normalisent le PH. Pour le diagnostic d’une acidose il convient de toujours considérer l’ensemble de l’analyse des gaz du sang et de ne pas se fier uniquement au PH. (4,5,6,7)


Les différents types d’acidoses

L’acidose respiratoire correspond à une diminution du débit sanguin. Le dioxyde de carbone s’accumule, entraînant ainsi une diminution du pH. L’acidose respiratoire se traduit sur les gaz du sang par un pH diminué, ainsi qu’une PCO2 élevée. Cette acidose est réversible dès les premiers cris du nouveau-né et sans conséquences.


L’acidose métabolique est la conséquence d’un manque d’oxygène suffisamment important et prolongé du corps entier ou d’un organe, avec libération de lactates dans la circulation sanguine. Cette acidose est bien plus grave et demande du temps pour se corriger. L’acidose métabolique se traduit sur l’analyse des gaz du sang par un manque en bicarbonate (HCO3) et un déficit de base (DB) élevé.

De nombreuses familles de l’ATIDE ont découvert en demandant leurs dossiers médicaux que leurs enfants sont nés avec une acidose métabolique gravissime visible sur leurs gaz du sang au cordon, conséquence d’un manque d’oxygène pendant l’accouchement. Cela constitue une dissimulation de sinistre. Ce phénomène pourrait concerner de nombreuses autres familles actuellement en recherche de diagnostic sur le handicap de leur enfant.


Si l’APGAR est normal, est-ce que cela indique que le bébé va bien ?

L’ATIDE souligne le fait qu’un score d’AGPAR normal n’apporte pas la garantie de la bonne santé neurologique du nouveau-né (17).

Le mécanisme physiopathologique de formation des lésions cérébrales en est l’explication (14-1516). L’œdème cérébral consécutif a un manque d’oxygène ne se constitue pas au moment de l’agression hypoxique, mais se forme postérieurement.

Dans les situations les plus graves cela peut entraîner une dégradation violente de l’état de santé du nouveau-né avec des convulsions et des crises d’épilepsie quelques heures après sa naissance, malgré un AGPAR pourtant considéré normal.

Extrait de « Physiopathologie de l’ischémie cérébrale » (16)

SOURCES
  1. Définition de l’asphyxie. Santé sur le Net
  2. Comment le fœtus respire dans le ventre de sa maman ? Allo Docteur
  3. Les gaz du sang. Passeport Santé
  4. Fiches IDE Gaz du sang artériel. Mémo examens biologiques, N. Kubab / Guide infirmier des examens de laboratoire, René Caquet / Cours EIADE 2016/2018 IFITS Neuilly sur Marne
  5. 1996 : Umbilical cord blood acid-base state : what is normal ? Jane T.HELWIG et al. Department of Obstétrics, Gynecology, and reproductive Science ans the Cardiovascular Research Institute . UNIVERSITY OF CALIFORNIA. SAN FRANCISCO.
  6. 2018 : Désordres de l’équilibre acide-base. Collège Universitaire des Enseignants en Néphrologie.
  7. 2000 : Biochimie clinique (page 52-53). P.VALDIGUIE.
  8. 2009 : Syndrome d’ischémie reperfusion. INSERM.
  9. 2018 : Le PH eucapnique néonatal est-il plus efficace que le PH pour prédire un transfert néonatal en maternité ? Professeur C.RACINET et al.
  10. 2009 : Conduite à tenir devant une acidose lactique. Docteur V.VALAYANNAPOULOS et al. HOPITAL ENFANTS MALADE NECKER.
  11. 2018 : Conduite à tenir devant une hyperlactatémie. Docteur J.BOUCHEREAU et al. HOPITAL ROBERT DEBRE.
  12. 1983 : Le consentement à l’acte médical. B.STAHL. REVUE JURIDIQUE DE L’OUEST.
  13. 2012 : Délivrance de l’information à la personne sur son état de santé. HAUTE AUTORITÉ DE SANTE.
  14. 2001 : Encéphalopathie anoxique du nouveau-né à terme et hypothermie cérébrale. Docteur V.ZUPAN et al. Journal de Gynécologie Obstétrique et de Biologie de la Reproduction (JGOBR).
  15. 2003 : Imageries des désordres neurologiques néonataux. Docteur N.GIRAD et al. JOURNAL DE LA RADIOLOGIE.
  16. 2005 : Physiopathologie de l’ischémie cérébrale : de la pathologie des vaisseaux aux mécanismes cellulaires… Docteur D.DEPLANQUE CORRESPONDANCE EN NEUROLOGIE VASCULAIRE.
  17. 2010 : Clinical manifestations of symptomatic intracranial hemorrhage in term neonate : 18 years in a medical center. Doctor OU-YANG MC et al. PEDIATR NEONATOLOGY.
%d blogueurs aiment cette page :